Sélectionner une page

L’effondrement du Rana Plaza dans le faubourg ouest de Dacca, la capitale du Bangladesh, parfois appelé « catastrophe de Dacca » par les médias, le 24 avril 2013, a provoqué au moins 1 127 morts pour environ 2 500 rescapés (bilan au 13 mai 2013).

Le bâtiment appelé Rana Plaza, qui abritait plusieurs ateliers de confection travaillant pour diverses marques internationales de vêtements, s’est effondré le matin, peu après l’heure de début du travail6. Des consignes d’évacuation données la veille, après l’apparition de fissures, avaient été ignorées par les responsables des ateliers.

Cette catastrophe est un des symboles des abus de la fast fashion et de la mondialisation sauvage.

L’immeuble abritait en effet plusieurs ateliers de confection, travaillant pour des marques de vêtements internationales. Ce drame a aidé à la prise de conscience des consommateurs occidentaux des limites de la fast fashion . (produire loin à bas coût des vêtements si bon marché et parfois de si piètre qualité qu’ils sont perçus comme “jetables”). Une mode plus éthique est devenue une priorité

En France, une “loi Rana Plaza” a été initiée. Elle a été validée en mars 2017 par le Conseil constitutionnel, mais le volet sur les sanctions aux entreprises a été censuré.

Source Wilkipedia 04 02 2019 et Express Style le 04 02 2019

Point de vue QF

L’effondrement du Rana Plaza est le résultat d’une succession de dysfonctionnements et de négligences coupables : la corruption des autorités administratives locales par les propriétaires de l’usine, l’inaction et la passivité complice des donneurs d’ordre, silencieux face à l’absence de respect des normes de sécurité élémentaires chez leurs sous-traitant.

Le drame du Rana Plaza illustre l’absurdité de la mondialisation sauvage et de la course sans fin vers le prix bas. Des conditions de travail non maitrisées par les donneurs d’ordre peu scrupuleux. Un non sens social, écologique et humain. QF prône exactement l’inverse : Acheter moins, acheter mieux. Pourquoi fabriquer à l’autre bout du monde des produits de mauvaise qualité dans des conditions indignes ? Acheter français a du sens et ne revient souvent pas plus cher.

Franck DUJARDIN, Qualité française le 04/02/2019